Contexte et description du projet

Le phénomène d'invasion biologique

Les invasions biologiques constituent la seconde plus grande menace qui pèse sur la biodiversité, après la destruction des habitats naturels. Les espèces introduites peuvent revêtir un caractère envahissant, car elles s'adaptent mieux dans un milieu où leurs prédateurs naturels sont absents que dans leur milieu d'origine où ils régulent leur population. De plus, ces espèces envahissantes transmettent leurs propres parasites aux espèces indigènes.

Ainsi, la Tortue de Floride Trachemys scripta elegans, ou Tortue à tempes rouges, est une espèce envahissante américaine, dont la prolifération participe au déclin des tortues d'eau douce autochtones de France: la Cistude d'Europe Emys orbicularis et l'Emyde lépreuse Mauremys leprosa, qui sont toutes deux protégées à l'échelle européenne, et qui font chacune l'objet d'un Plan National d'Actions (PNA) en leur faveur au niveau national français.

Le commerce mondial de la Tortue de Floride a émergé à la fin du 20ème siècle. Plus de 50 millions de tortues ont ainsi été exportées des États-Unis d'Amérique entre 1989 et 1997, principalement à destination de l'Europe et de l'Asie. En Europe, le principal pays importateur était la France, avec plus de 4 millions de tortues importées entre 1985 et 1994. L'importation de la tortue à tempes rouges est interdite depuis 1997 dans toute l'Union Européenne.

Mais la menace n'est pas écartée pour autant, car des tortues de Floride sont constamment relâchées dans la nature, par des particuliers qui se les sont procurées en animalerie, et souhaitent s'en débarrasser, lorsqu'elles requièrent trop d'espace (20 à 30 cm pour 2 kg) et/ou d'entretien. Les tortues de Floride continuent ainsi de proliférer sur quasiment tout le territoire français, dans les lacs, les cours d'eau, les marais, les étangs...

La présence de T. s. elegans dans tous les grands bassins hydrographiques français constitue une réelle menace pour les deux espèces de tortues d’eau douce autochtones. En effet, elle constitue une importante concurrence pour les habitats et les ressources alimentaires. De plus, si de nombreuses espèces de parasites ont été décrites sur des tortues en milieu naturel, ce sont bien les parasites exotiques qui représentent la plus grande menace, avec parfois des conséquences désastreuses, sur le taux de survie des populations.

 

Le projet Florida: enjeux et objectifs

Le projet « Florida » s’inscrit dans le cadre de la stratégie régionale de lutte contre les espèces de faune envahissante en Languedoc-Roussillon, pilotée par le Centre de Formation et de Recherche sur les Environnements Méditerranéens (CEFREM) et le Conservatoire d'Espaces naturels du Languedoc-Roussillon (CEN L-R). Ce projet vise à approfondir les connaissances sur l'état de conservation des populations de Cistude et d'Emyde dans un contexte d’invasion par la tortue de Floride.

Les objectifs du projet sont les suivants:

  • Identifier des stations et en estimer le nombre régional où des tortues autochtones coexistent ou non avec des tortues de Floride ;

  • Sensibiliser et impliquer le grand public et les gestionnaires à la problématique des espèces invasives animales et permettre leur contribution à un programme de recherche en démarrant une enquête participative sur la détection des tortues dans la Région ;

  • Approfondir et clarifier les connaissances sur l’origine et la dispersion historique des populations de tortues autochtones (la phylogéographie) par génotypage (étude des origines génétiques des individus) pour déterminer des priorités et stratégies de conservation (risques liés aux tortues de Floride, stratégies renforcement et réintroduction, populations relictuelles…) ;

  • Faire un état des lieux du parasitisme (helminthes) des populations de tortues indigènes en présence et absence de tortues de Floride et préciser l’importance des transferts interspécifiques ;

  • Évaluer la problématique des transferts parasitaires entre les tortues. Ces connaissances devraient permettre l’émergence d’un programme de recherche spécifique via des crédits dédiés « recherche » dans les années suivantes.

Pour en savoir plus:

CEFREM (Olivier VERNEAU) - CEN L-R, 2011. Interactions entre une espèce envahissante, la tortue de FLoride* et deux tortues patrimoniales en languedoc-Roussillon, la Cistude d'Europe (Emys orbicularis) et l'Emyde lépreuse (Mauremys leprosa), 7 p.

CEN L-R, 2010. La faune exotique envahissante en Languedoc-Roussillon, 16 p.

Partager / Enregistrer